/|\

Welcome to the Slackware Documentation Project

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
fr:slackbook:basic_networking_utilities [2012/10/29 15:20 (UTC)]
ellendhel [links] Initial translation
fr:slackbook:basic_networking_utilities [2013/10/13 20:47 (UTC)] (Version actuelle)
ellendhel Check spelling
Ligne 3: Ligne 3:
  
 Vous avez donc finalement réussi à établir votre connexion réseau, maintenant quel est le programme ? Comment vérifier si cela fonctionne ? Comment savoir si vos paramètres sont corrects ? Et que pouvez-vous faire maintenant que l'installation est finie ? Ce chapitre parle de tout cela. Vous avez donc finalement réussi à établir votre connexion réseau, maintenant quel est le programme ? Comment vérifier si cela fonctionne ? Comment savoir si vos paramètres sont corrects ? Et que pouvez-vous faire maintenant que l'installation est finie ? Ce chapitre parle de tout cela.
 +
 ===== Outils de diagnostic réseau ===== ===== Outils de diagnostic réseau =====
  
 Slackware Linux propose de très nombreux utilitaires réseaux pour le diagnostic et le dépannage de problèmes de connexion réseau. La plupart de ces outils s'utilisent en ligne de commande, vous pouvez donc les exécuter depuis un terminal virtuel ou dans une fenêtre de terminal depuis votre bureau graphique. Une minorité dispose d'interface graphique, mais nous n'allons nous concentrer que sur les outils en ligne de commande pour le moment. Slackware Linux propose de très nombreux utilitaires réseaux pour le diagnostic et le dépannage de problèmes de connexion réseau. La plupart de ces outils s'utilisent en ligne de commande, vous pouvez donc les exécuter depuis un terminal virtuel ou dans une fenêtre de terminal depuis votre bureau graphique. Une minorité dispose d'interface graphique, mais nous n'allons nous concentrer que sur les outils en ligne de commande pour le moment.
 +
 ==== ping ==== ==== ping ====
  
Ligne 20: Ligne 22:
 rtt min/avg/max/mdev = 86.282/86.718/87.127/0.345 ms rtt min/avg/max/mdev = 86.282/86.718/87.127/0.345 ms
 </code> </code>
 +
 ==== traceroute ==== ==== traceroute ====
  
Ligne 28: Ligne 31:
 traceroute to slackware.com (64.57.102.34), 30 hops max, 46 byte traceroute to slackware.com (64.57.102.34), 30 hops max, 46 byte
 packets packets
- 1gw.ctsmacon.com (192.168.1.254)1.468 ms2.045 ms1.387 ms + 1  gw.ctsmacon.com (192.168.1.254)1.468 ms2.045 ms1.387 ms 
- 210.0.0.1 (10.0.0.1)7.642 ms8.019 ms6.006 ms + 2  10.0.0.1 (10.0.0.1)7.642 ms8.019 ms6.006 ms 
- 368.1.8.49 (68.1.8.49)10.446 ms9.739 ms7.003 ms + 3  68.1.8.49 (68.1.8.49)10.446 ms9.739 ms7.003 ms 
- 468.1.8.69 (68.1.8.69)11.564 ms6.235 ms7.971 ms + 4  68.1.8.69 (68.1.8.69)11.564 ms6.235 ms7.971 ms 
- 5dalsbbrj01-ae0.r2.dl.cox.net (68.1.0.142)43.859 ms43.287 ms 44.125 ms + 5  dalsbbrj01-ae0.r2.dl.cox.net (68.1.0.142)43.859 ms43.287 ms 44.125 ms 
- 6dpr1-ge-2-0-0.dallasequinix.savvis.net (204.70.204.146)41.927 ms 58.247 ms44.989 ms + 6  dpr1-ge-2-0-0.dallasequinix.savvis.net (204.70.204.146)41.927 ms 58.247 ms44.989 ms 
- 7cr2-tengige0-7-5-0.dallas.savvis.net (204.70.196.29)42.577 ms 46.110 ms43.977 ms + 7  cr2-tengige0-7-5-0.dallas.savvis.net (204.70.196.29)42.577 ms 46.110 ms43.977 ms 
- 8cr1-pos-0-3-3-0.losangeles.savvis.net (204.70.194.53)78.070 ms 76.735 ms76.145 ms + 8  cr1-pos-0-3-3-0.losangeles.savvis.net (204.70.194.53)78.070 ms 76.735 ms76.145 ms 
- 9bpr1-ge-3-0-0.LosAngeles.savvis.net (204.70.192.222)77.533 ms 108.328 ms120.096 ms + 9  bpr1-ge-3-0-0.LosAngeles.savvis.net (204.70.192.222)77.533 ms 108.328 ms120.096 ms 
-10wiltel-communications-group-inc.LosAngeles.savvis.net (208.173.55.186)79.607 ms76.847 ms75.998 ms +10  wiltel-communications-group-inc.LosAngeles.savvis.net (208.173.55.186)79.607 ms76.847 ms75.998 ms 
-11tg9-4.cr01.lsancarc.integra.net (209.63.113.57)84.789 ms85.436 ms85.575 ms +11  tg9-4.cr01.lsancarc.integra.net (209.63.113.57)84.789 ms85.436 ms85.575 ms 
-12tg13-1.cr01.sntdcabl.integra.net (209.63.113.106)87.608 ms 84.278 ms86.922 ms +12  tg13-1.cr01.sntdcabl.integra.net (209.63.113.106)87.608 ms 84.278 ms86.922 ms 
-13tg13-4.cr02.sntdcabl.integra.net (209.63.113.134)87.284 ms 85.924 ms86.102 ms +13  tg13-4.cr02.sntdcabl.integra.net (209.63.113.134)87.284 ms 85.924 ms86.102 ms 
-14tg13-1.cr02.rcrdcauu.integra.net (209.63.114.169)85.578 ms 85.285 ms84.148 ms +14  tg13-1.cr02.rcrdcauu.integra.net (209.63.114.169)85.578 ms 85.285 ms84.148 ms 
-15209.63.99.166 (209.63.99.166)84.515 ms85.424 ms85.956 ms +15  209.63.99.166 (209.63.99.166)84.515 ms85.424 ms85.956 ms 
-16208.186.199.158 (208.186.199.158)86.557 ms85.822 ms86.072 ms +16  208.186.199.158 (208.186.199.158)86.557 ms85.822 ms86.072 ms 
-17sac-main.cwo.com (209.210.78.20)88.105 ms87.467 ms87.526 ms +17  sac-main.cwo.com (209.210.78.20)88.105 ms87.467 ms87.526 ms 
-18slackware.com (64.57.102.34)85.682 ms86.322 ms85.594 ms+18  slackware.com (64.57.102.34)85.682 ms86.322 ms85.594 ms
 </code> </code>
 +
 ==== telnet ==== ==== telnet ====
  
Ligne 70: Ligne 74:
 Content-Type: text/html Content-Type: text/html
 </code> </code>
 +
 ==== ssh ==== ==== ssh ====
  
Ligne 81: Ligne 86:
  
 Le nom d'utilisateur et le nom d'hôte sont de la même forme que celle utilisée pour les adresses de courrier électronique. Si vous n'indiquez pas de nom d'utilisateur **//ssh//** utilisera votre identifiant utilisateur actuel pour établir la connexion. Le nom d'utilisateur et le nom d'hôte sont de la même forme que celle utilisée pour les adresses de courrier électronique. Si vous n'indiquez pas de nom d'utilisateur **//ssh//** utilisera votre identifiant utilisateur actuel pour établir la connexion.
 +
 ==== tcpdump ==== ==== tcpdump ====
  
Ligne 102: Ligne 108:
 SMB PACKET: SMBtrans2 (REQUEST) SMB PACKET: SMBtrans2 (REQUEST)
 </code> </code>
 +
 ==== nmap ==== ==== nmap ====
  
Ligne 125: Ligne 132:
 Faites attention ! De nombreux fournisseurs d'accès Internet n'apprécient pas les scans de ports et peuvent prendre des mesures pour vous empêcher de le faire.  **//nmap//** et autres programmes similaires sont mieux employés sur vos propres systèmes à des fins de sécurité et de maintenance, plutôt que pour rechercher ce qui est connecté à Internet. Faites attention ! De nombreux fournisseurs d'accès Internet n'apprécient pas les scans de ports et peuvent prendre des mesures pour vous empêcher de le faire.  **//nmap//** et autres programmes similaires sont mieux employés sur vos propres systèmes à des fins de sécurité et de maintenance, plutôt que pour rechercher ce qui est connecté à Internet.
 </note> </note>
 +
 ==== host ==== ==== host ====
  
Ligne 135: Ligne 143:
 slackware.com mail is handled by 1 mail-mx.cwo.com. slackware.com mail is handled by 1 mail-mx.cwo.com.
 </code> </code>
 +
 ==== dig ==== ==== dig ====
  
Ligne 188: Ligne 197:
 No Plan. No Plan.
 </code> </code>
 +
 ===== Navigateurs web ===== ===== Navigateurs web =====
  
 Slackware propose un grand choix de navigateurs web. Si vous utilisez un bureau graphique, vous trouverez **//Firefox//**, **//Seamonkey//** et d'autres qui vous seront sans doute familiers, mais comment faire depuis un accès en console ? Heureusement, quelques navigateurs web utiles sont aussi présents. Slackware propose un grand choix de navigateurs web. Si vous utilisez un bureau graphique, vous trouverez **//Firefox//**, **//Seamonkey//** et d'autres qui vous seront sans doute familiers, mais comment faire depuis un accès en console ? Heureusement, quelques navigateurs web utiles sont aussi présents.
 +
 ==== lynx ==== ==== lynx ====
  
Ligne 196: Ligne 207:
  
 {{ :slackbook:lynx.png |lynx}} {{ :slackbook:lynx.png |lynx}}
 +
 ==== links ==== ==== links ====
  
Ligne 201: Ligne 213:
  
 {{ :slackbook:links.png |links}} {{ :slackbook:links.png |links}}
 +
 ==== wget ==== ==== wget ====
  
-===== Mail Clients =====+À l'opposé des autres navigateurs web que nous avons déjà vu, **//wget//**(1) n'est pas interactif. Au lieu d'afficher le contenu HTTP, **//wget//** le télécharge. Ce qui permet la "//navigation//" en dehors du navigateur web. Au contraire des modes de rendu des autres navigateurs, **//wget//** ne formate pas ce qu'il télécharge, il copie le contenu de façon identique à ce qui se trouve sur le serveur web conservant toutes les balises et le contenu binaire en place. Il supporte aussi plusieurs options de récursivité pour créer un miroir d'un contenu en ligne vers votre ordinateur local. **//wget//** ne gère pas uniquement HTTP, il supporte aussi FTP et plusieurs autres protocoles. 
 + 
 +<code> 
 +darkstar:~# wget ftp://ftp.osuosl.org/pub/slackware/slackware-current/ChangeLog.txt 
 +--2010-05-01 13:51:19-- 
 +ftp://ftp.osuosl.org/pub/slackware/slackware-current/ChangeLog.txt 
 +           => `ChangeLog.txt' 
 +Resolving ftp.osuosl.org... 64.50.236.52 
 +Connecting to ftp.osuosl.org|64.50.236.52|:21... connected. 
 +Logging in as anonymous ... Logged in! 
 +==> SYST ... done.    ==> PWD ... done. 
 +==> TYPE I ... done.  ==> CWD /pub/slackware/slackware-current ...  done. 
 +==> SIZE ChangeLog.txt ... 75306 
 +==> PASV ... done.    ==> RETR ChangeLog.txt ... done. 
 +Length: 75306 (74K) 
 + 
 +100%[======================================>] 75,306       110K/  in 0.7s     
 + 
 +2010-05-01 13:51:22 (110 KB/s) - `ChangeLog.txt' saved [75306] 
 +</code> 
 + 
 +===== Clients de courrier électronique ===== 
 + 
 +Slackware propose aussi un large choix de clients de courrier électronique. Si vous utilisez un environnent de bureau graphique, vous trouverez **//Thunderbird//**, **//Kmail//**, **//sylpheed//** et d'autres. Comme pour les navigateurs web, il existe également des applications qui fonctionnent depuis l'invite de commande. Une fois que vous avez commencé à utiliser un client de courrier électronique en mode console, il se peut que vous ne vouliez plus utiliser autre chose, les possibilités de configuration et de versatilité peuvent être addictives.
  
 ==== pine ==== ==== pine ====
 +
 +**//pine//** est l'un des plus anciens client de courrier électronique en ligne de commande en activité et reste le plus convivial. **//pine//** a été crée à l'université de Washington et porte une licence et un marque commerciale avec lesquels il est difficile de travailler. Heureusement en 2005 l'université a produit une ré-écriture sans marque et avec une licence plus libre et **//alpine//**(1), clone de pine fournit avec Slackware, apparut.
 +
 +Pour commencer à utiliser **//alpine//**, tapez simplement **//pine//** en ligne de commande. Son usage est très simple car tout se fait via un système de menus et l'aide pour les commandes se trouve au bas de l'écran. Voyez par vous-même :
  
 {{ :slackbook:pine.png?550 |pine}} {{ :slackbook:pine.png?550 |pine}}
  
 +Avant de configurer un quelconque client de courrier électronique vous devez vérifier la documentation de votre serveur de courrier pour récupérer toutes les informations pertinents concernant les protocoles et moyens de sécurisation que votre service de courrier utilise. Cela vous aidera à configurer **//pine//** correctement. Par défaut, **//pine//** cherchera à relever des messages sur un serveur de courrier fonctionnant sur votre ordinateur. À moins que vous n'exécutiez un tel service de courrier (beaucoup de gens le font) ce n'est probablement pas ce que vous souhaitez. Heureusement configurer **//pine//** est un processus assez clair. Entrez dans le menu [S]etup et choisissez l'option [C]onfiguration. Vous aurez le choix d'entrer votre nom, le chemin de votre boîte de courrier, le serveur SMTP et de nombreuses autres options.
 ==== mutt ==== ==== mutt ====
 +
 +Certaines personnes n'aiment pas **//pine//**. Certaines personnes veulent plus de contrôle. Certaines personnes veulent un client de courrier électronique supportant des extensions et un comportement qui ne soit pas illogique. Ces personnes utilisent **//mutt//**(1). **//mutt//** n'est pas aussi convivial que **//pine//** mais compense par sa richesse. Vous ne trouverez pas de référence de commandes au bas de l'écran, **//mutt//**(1). **//mutt//** utilise chaque centimètre carré pour le traitement du courrier. Son support de fonctionnalités est large. Vous pouvez configurer **//mutt//** avec un fichier ''.muttrc'' dans votre répertoire personnel. Avec toutes les différentes options de configuration possibles, il y a même une page de manuel pour cela, muttrc(5). Vous voudrez sûrement prendre le temps de la lire.
  
 {{ :slackbook:sb_16-3_2_mutt.jpg?550 |mutt}} {{ :slackbook:sb_16-3_2_mutt.jpg?550 |mutt}}
 +
 +Utiliser **//mutt//** est quelque chose d'unique du fait de sa nature de //Mail User Agent (MUA)//, ce qui signifie que son but avoué est de lire et trier du courrier électronique. Ce n'était pas son travail initialement, bien que certaines fonctions supplémentaires comme récupérer du courrier via POP3 et même le basique transfert de messages par SMTP se soient faufilées dans le programme.
 +
 +Comme c'est souvent le cas pour les applications robustes en mode console, les options de configuration foisonnent et il n'y a pas de "//bonne//" ou "//mauvaise//" façon d'utiliser **//mutt//** tant que cela correspond à ce que vous souhaitez. Une chose à garder à l'esprit si vous souhaitez utiliser **//mutt//** pour la gestion du courrier est que les possibilités d'envoi et de réception de courrier sont très limitées. **//mutt//** se focalise uniquement sur le tri, la lecture et la rédaction de messages en plus des autres rôles traditionnels d'un //Mail User Agent//. Cela correspond à la philosophie UNIX d'utiliser de petits outils qui font correctement leur travail et qui peuvent être combinés (ou "//chaînés//") avec d'autres outils pour achever une tâche quelconque. Une fois cela compris vous aurez au minimum besoin de mettre en place un outil supplémentaire pour recevoir votre courrier.
 +
 +Les commandes pour naviguer dans **//mutt//** sont personnalisables mais celles par défaut peuvent être listées avec la touche <key>'?'</key>.
  
 ==== mailx ==== ==== mailx ====
  
-===== FTP Clients =====+Tout cela est bien et bon mais si vous voulez juste utiliser un client de courrier électronique sans menu ? Heureusement **//mailx//** est là pour vous sauver.
  
 +**//mailx//** est basé sur l'application Mail de Berkeley apparue avec la commande **//mail//** de la version 1 de l'UNIX d'AT&T. Il peut être utilisé de manière interactive ou non.
 +
 +**//mailx//** consulte le courrier depuis la file d'attente de courrier (//mail spool//) de l'ordinateur et affiche les champs habituels pour l'expéditeur, le sujet, le statut et la taille sous forme de liste, laissant l'utilisateur devant une invite de commande. En fait, cela vous semblera familier si vous avez déjà pris le temps de vérifier votre courrier juste après avoir installé Slackware et lu le message de bienvenue de Pat Volkerding.
 +
 + <code>
 +darkstar:~# mailx
 +Heirloom mailx version 12.4 7/29/08.Type ? for help.
 +"/var/spool/mail/root": 2 messages 2 new
 +>N1 To rootThu Mar 10 23:33 52/1902Register with the Linux counter project
 + N2 To rootThu Mar 10 23:35321/15417 Welcome to Linux (Slackware 14.0)!
 +?;
 +</code>
 +
 +Pour lire un message, entrez le numéro correspondant à l'invite de commande. Cela affichera le message **//more//*** et vous pourrez utiliser la touche <key>'ENTRÉE'</key> pour voir la page suivante. Une fois à la fin du message appuyez sur la touche <key>'q'</key> pour retourner à la liste initiale ou sur <key>'ENTRÉE'</key> pour passer au message suivant.
 +
 +Pour connaître la liste des commandes disponibles, appuyez sur la touche <key>'?'</key> à l'invite de commande. Avec les commandes affichées vous pourrez lire les en-têtes des messages en attente, répondre, supprimer, sauvegarder et tout autre commande nécessaire à la gestion des messages.
 +
 +**//mailx//** est beaucoup plus utile lorsqu'il est utilisé dans des scripts. Pour toutes les options disponibles avec **//mailx//**, consultez la page de manuel. Le moyen le plus simple d'envoyer un message à quelqu'un ne demande que la commande elle-même et l'adresse du destinataire.
 +
 +<code>
 +darkstar:~$mailx bob@example.com
 +</code>
 +
 +Après que la commande soit lancée, une invite de commandes apparaît pour la ligne du sujet, le corps du message et le caractère de fin (une ligne ne contenant qu'un unique point).
 +
 +Cependant **//mailx//** peut être utilisé sans aucune intervention humaine. D'une manière générale il est bon de présumer que toute option que vous pouvez définir via l'invite de commande de **//mailx//** peut aussi être définie via un script ou en utilisant une commande non-interactive.
 +
 +<code>
 +darkstar:~$ mailx -n -s "Test message" bob@example.com < ~/message.txt
 +</code>
 +
 +Dans cet exemple, le contenu du fichier ''message.txt'' sera envoyé en tant que corps du message au destinataire indiqué. Aucune intervention de l'utilisateur n'est requise.
 +
 +Que ce soit vers votre propre ordinateur (localhost) ou votre propre réseau, envoyer du courrier de cette manière est tout à fait possible. Mais via Internet quelques étapes supplémentaires sont souvent requises. Bien sûr, le plus notable est d'avoir un serveur SMTP capable de délivrer votre courrier électronique. Cela également peut être indiqué comme option à la commande **//mail//** :
 +
 +<code>
 +darkstar:~$env MAILRC=/dev/null
 +from="bob@example.com (Bob Dobbs)"
 +smtp=relay.example.com mail -n -s "Test message" connie@example.com < ~/message.txt
 +</code>
 +
 +Dans ce cas, la variable //MAILRC// est définie à vide pour ne pas tenir compte des réglages du système et leur serveur SMTP comme la ligne //FROM:// sont définies. Le reste de la commande demeure identique à l'utilisation de **//mailx//** sur l'ordinateur ou le réseau local.
 +
 +Au-delà de cela, **//mailx//** est souvent vu comme un client de courrier électronique minimaliste, ce qui est assez vrai, mais lorsque vous avez besoin d'écrire un script avec des courriers de notification ou des messages de mises à jour importantes, il devient bien plus utile qu'une application interactive telle que **//pine//** ou **//mutt//**.
 +
 +===== Clients FTP =====
 +
 +Beaucoup de données sont stockées sur des serveurs FTP de par le monde. En fait, Slackware Linux fut initialement disponible publiquement via FTP et continue à être distribué de cette façon à l'heure actuelle. Beaucoup de logiciels libers peuvent être téléchargés sous forme de code source ou de binaires via FTP, et savoir comment récupérer ces fichiers peut s'avérer une connaissance utile.
 ==== ftp ==== ==== ftp ====
 +
 +Le client FTP le plus simple fournit avec Slackware se nomme simplement **//ftp//**(1) et peut servir pour les tâches basiques d'envoi et réception de données. **//ftp//** se connecte à un serveur FTP, demande un nom d'utilisateur et un mot de passe et vous permet de déposer ou récupérer des données vers ou depuis ce serveur. **//ftp//** est tombé en désuétude auprès des utilisateurs expérimentés du fait de son manque de fonctionnalités, mais reste un outil utile, et beaucoup de documentations que vous pourrez lire y font référence.
 +
 +Une fois que la session FTP est initialisée, vous vous trouvez devant une invite de commande similaire à celle d'un shell. À partir de là vous pouvez changer de répertoire et lister leur contenu avec les commandes "//cd//" et "//ls//", tout comme en shell. De plus, vous pouvez utiliser la commande "//put//" pour envoyer un fichier vers le serveur ou "//get//" pour récupérer des données depuis le serveur. Si vous êtes connectés sur un serveur FTP public, vous pourrez utiliser l'identifiant "//anonymous//" et simplement entrer votre adresse de courrier électronique (pas forcément valide) comme mot de passe.
 +
 +<code>
 +darkstar:~$ ftp ftp.osuosl.org
 +Name (ftp.osuosl.org:alan): anonymous
 +331 Please specify the password.
 +Password: secret
 +230 Login successful.
 +Remote system type is UNIX.
 +Using binary mode to transfer files.
 +ftp> cd pub/slackware/slackware-current/
 +250 Directory successfully changed.
 +ftp> get ChangeLog.txt
 +local: ChangeLog.txt remote: ChangeLog.txt
 +200 PORT command successful. Consider using PASV.
 +150 Opening BINARY mode data connection for ChangeLog.txt (33967 bytes).
 +226 File send OK.
 +33967 bytes received in 0.351 secs (94 Kbytes/sec)
 +ftp> bye
 +221 Goodbye.
 +</code>
  
 ==== ncftp ==== ==== ncftp ====
 +
 +**//ncftp//**(1) (prononcez nick-f-t-p), est un héritier plus riche en fonctions de **//ftp//**, proposant la complétion de commandes et le transfert récursif de fichiers. Il se connecte automatiquement à un serveur en mode anonyme, à moins que vous n'indiquiez un nom d'utilisateur différent avec l'option //-u// en ligne de commande. L'avantage majeur par rapport à **//ftp//** est la possibilité d'envoyer ou recevoir plusieurs fichiers à la fois avec les commandes "//mput//" et "//mget//". Si vous utilisez l'option //-R// pour chacune d'entre elles, cela déposera ou récupérera les données depuis des répertoires.
 +
 +<code>
 +darkstar:~# ncftp ftp.osuosl.org
 +Logging in... 
 +Login successful.
 +Logged in to ftp.osuosl.org.
 +ncftp / > cd pub/slackware/slackware-current
 +Directory successfully changed.
 +ncftp ...ware/slackware-current > mget -R isolinux
 +isolinux/README.TXT: 4.63 kB 16.77 kB/s
 +isolinux/README_SPLIT.TXT: 788.00 B5.43 kB/s
 +isolinux/f2.txt: 793.00 B5.68 kB/s
 +isolinux/initrd.img:13.75 MB 837.91 kB/s
 +isolinux/iso.sort:50.00 B354.50 B/s 
 +isolinux/isolinux.bin:14.00 kB 33.99 kB/s
 +isolinux/isolinux.cfg: 487.00 B3.30 kB/s
 +isolinux/message.txt:760.00 B5.32 kB/s
 +isolinux/setpkg: 2.76 kB 19.11 kB/s
 +ncftp ...ware/slackware-current > bye
 +</code>
  
 ==== lftp ==== ==== lftp ====
 +
 +Le dernier client que nous allons voir est **//lftp//**(1). Comme **//ncftp//**, il supporte la complétion de commandes et les transferts récursifs, mais il dispose d'une licence plus sympathique. Au lieu d'utiliser //"mget"// et //"mput"//, toutes les opérations récursives sont prises en charge par la commande //"mirror"//. //"mirror"// dispose de plusieurs options, je vous conseille donc de consulter la page de manuel ou l'aide intégrée pour plus de détails.
 +
 +<code>
 +darkstar:~# lftp ftp.osuosl.org
 +lftp ftp.osuosl.org:~> cd /pub/slackware/slackware-current
 +cd ok, cwd=/pub/slackware/slackware-current
 +lftp ftp.osuosl.org:/pub/slackware/slackware-current> mirror isolinux
 +Total: 2 directories, 16 files, 1 symlink
 +New: 16 files, 1 symlink
 +14636789 bytes transferred in 20 seconds (703.7K/s)
 +lftp ftp.osuosl.org:/pub/slackware/slackware-current> bye
 +</code>
  
 ===== rsync ===== ===== rsync =====
 +
 +Envie de voir quelque chose de sympa ? Vous êtes-vous déjà retrouvés à chercher quelques fichiers dans un grand répertoire, mais sans savoir exactement lesquels vous avez déjà et ceux qui vous manquent ? Vous pouvez tout re-télécharger mais la copie demandera beaucoup de travail. Vous pouvez chercher et prendre ce qu'il vous faut, en vérifiant manuellement, mais c'est fastidieux. Peut-être avez vous téléchargé un gros fichier comme une image ISO, mais quelque chose s'est mal passé pendant l'opération ? Ce ne serait pas très logique de tout récupérer à nouveau si seuls quelques bits ont été corrompus. Je vous présente donc **//rsync//**(1), un outil de copie rapide et versatile pour les fichiers locaux et distants.
 +
 +**//rsync//** utilise une poignée de simples, mais efficaces techniques pour déterminer ce qui à besoin d'être changé. En vérifiant la taille d'un fichier et son horodatage, il peut déterminer si deux fichiers sont différents. Si quelque chose à changé, il peut déterminer quels octets sont différents, et simplement télécharger ce qui est utile plutôt que le fichier complet. C'est une vraie merveille de la technologie moderne.
 +
 +Dans la forme la plus simple, **//rsync//** se connecte à un serveur rsync et récupère une liste de fichiers et répertoires, ainsi que leurs tailles, horodatages et autres informations. Il compare tout cela avec les (éventuels) fichiers locaux pour déterminer ce qu'il doit transférer. Seuls les fichiers qui diffèrent seront synchronisés. De plus, il peut découper de gros fichiers en petits morceaux et comparer ces morceaux en utilisant une fonction de condensat (//hash//) simple et rapide. Les morceaux qui correspondent ne sont pas transférés, ce qui réduit grandement la quantité de données à copier. **//rsync//** supporte également la compression, les sorties verbeuses, la suppression de fichiers, la gestion des permissions et de nombreuses autres options. Pour une liste complète vous aurez besoin de vous référer à la page de manuel, mais j'ai inclus un petit tableau des options les plus courantes.
 +
 +**Table 16.1. Options de rsync**
 +|-v |augmente la verbosité|
 +|-c |effectue une somme de contrôle (//checksum//) plutôt que de comparer la taille et l'horodatage des fichiers|
 +|-a |mode archive (équivalent à -rlptgoD)|
 +|-e |indique le shell distant à utiliser|
 +|-r |mode récursif|
 +|-u |mise à jour - n'envoie pas les fichiers plus récents par rapport au destinataire|
 +|-p |conserve les permissions|
 +|-n |non-effectif - lance une opération de test sans effectuer de changement|
 +|-z |active la compression - pratique pour les connexions réseau lentes|
 +
 +Du fait de sa richesse et de sa versatilité, **//rsync//** peut être lancé de nombreuses façons différentes. Dans les deux exemples suivants, le premier lance une connexion à un serveur rsync pour récupérer des informations et le second se connecte à un serveur via SSH pour chiffrer la transmission.
 +
 +
 +<code>
 +darkstar:~# rsync -avz rsync://ftp.osuosl.org/pub/slackware/slackware-current/ /src/slackware-current/
 +darkstar:~# rsync -e ssh ftp.slackware.com:/home/alan/foo /tmp/foo
 +</code>
  
 ====== Navigation ====== ====== Navigation ======
Ligne 233: Ligne 414:
 ====== Sources ====== ====== Sources ======
 <!-- If you copy information from another source, then specify that source --> <!-- If you copy information from another source, then specify that source -->
-  * Source originale: [[http://www.slackbook.org/beta]] \\+  * Source originale : [[http://www.slackbook.org/beta]] \\
 <!-- Authors are allowed to give credit to themselves! --> <!-- Authors are allowed to give credit to themselves! -->
-  * Publié initialement par Alan Hicks, Chris Lumens, David Cantrell, Logan Johnson\\+  * Publication initiale d'Alan Hicks, Chris Lumens, David Cantrell, Logan Johnson
   * Traduction initiale de [[wiki:user:escaflown | escaflown]]   * Traduction initiale de [[wiki:user:escaflown | escaflown]]
 +  * Traduction de [[wiki:user:ellendhel | Ellendhel]]
 <!-- * Contrbutions by [[wiki:user:yyy | User Y]] --> <!-- * Contrbutions by [[wiki:user:yyy | User Y]] -->
  

Autres langues
QR Code
QR Code fr:slackbook:basic_networking_utilities (generated for current page)